L’Allier au fil de l’eau : un projet très nature !

Tous les mercredis, un groupe de jeunes de l’unité mobile découvrent en ce moment l’Allier au fil de l’eau. Pour l’instant, trois séances ont été faites, avec la visite de l’Ecopole Val d’Allier et des sources Sainte-Marguerite.

Voici l’écopole Val d’Allier qui se situe à Pérignat-sur-allier.

« Dans d’anciennes carrières de graviers, des étangs ont été aménagé pour que les oiseaux migrateurs puissent s’arrêter pendant leur voyage. Il faut prendre des jumelles pour aller les observer dans des cabanes en bois et essayer de ne pas faire de bruit.« 

La faune et la flore est très variée !

Les sources Sainte-Marguerite : une source salée historique !

Les sources se situent dans un ancien parc thermal du XIXème siècle où jaillit encore quelques sources salées.

Le geyzer.

« A la source de Sainte Marguerite, il y a un geyser d’eau pétillante et les ruines d’une ancienne maison pour les curistes abandonnée. On dirait un urbex. L’allier passe à côté, on a pu mettre les pieds dans l’eau. »

Le prochain épisode : la falaise de Malmouche ! Elle se situe entre Cournon et Dallet et elle est l’occasion d’observer la rivière dans un cadre majestueux …

Quand les jeunes promènent les chiens de l’Association Protectrice des Animaux (APA 63) !

Le Ditep s’est mis en lien avec l’APA afin que les jeunes aient la possibilité de s’occuper des animaux abandonnés. Certains jeunes y vont chaque semaine, d’autres peuvent y aller lors de sorties prévues pendant les pré-vacances par exemple.

Camille offre une balade à Gibbs dans les bois !

Vous pourrez trouver des informations plus précises sur le refuge via le site internet :

https://apanimaux63.org/

« Le refuge de l’Association de Protection des Animaux du Puy de Dôme reçoit environ 700 chiens par an, et plus de 1600 chats. Ces chiffres augmentent malheureusement d’année en année.

La majeure partie de ces animaux arrivent dans le cadre de l’activité de fourrière. L’APA a régularisé des conventions avec environ 132 communes du Puy de Dôme. Les animaux non réclamés au bout du délai légal de 8 jours ouvrés sont proposés alors à l’adoption par l’A.P.A. 63. »

Les chiens profitent des caresses et se font chouchouter par Tristan et Camille.

Les orgues volcaniques : explications de Juan

Juan Challe, jeune de l’unité mobile, réalise avec son enseignant Stéphane Lescure un exposé détaillé sur les volcans d’Auvergne. Nous vous proposons de découvrir une première vidéo tournée à Saint-Pierre-de-Chastel.

Sur la route de Pontgibaud à Rochefort-Montagne, à la hauteur de Saint-Pierre-Le-Chastel, une carrière d’exploitation du Basalte laisse apparaitre de magnifiques Orgues Basaltiques. Ces orgues résultent de la solidification avec contraction thermique d’une coulée de lave de basalte.

« Le basalte est une variété de lave »

« Ces orgues ont coulées du Puy de Banson il y a 2 millions d’années et elles peuvent atteindre jusqu’à 20 m de hauteur »

« C’est un peu le même phénomène que lorsque la boue sèche et se rétracte »

« Toutes les coulées de lave n’ont pas toutes les mêmes caractéristiques. Cela va dépendre de la vitesse de refroidissement de la coulée. »

Découverte du projet Apiculture

Comment est venue l’idée du projet apiculture ?

Combien de jeunes sont sur ce projet ?

Comment les abeilles créent le miel ?

Combien y’a t-il de ruches et combien d’abeilles environ ?

Comment récoltez-vous le miel et avez-vous récolté beaucoup de miel à la dernière récolte ?

Après les récoltes, vous revenez souvent avec des piqûres même si vous avez quand même une combinaison ?

Est-ce que parfois, quand vous allez aux ruches, vous remarquez qu’il n’y a pas de miel ? Et êtes-vous déçus ?

Comment faites-vous pour protéger les ruches pour l’hiver ?

Les jeunes peuvent-ils récolter le miel tout seul ou ont-ils besoin d’un adulte à côté ?

Qu’est-ce que le projet permaculture ?

L’an dernier un potager avait été mis en place grâce â Michel. Pour cette année scolaire, avec Eva et quelques ils ont décidé de passer en permaculture. Voici les premières étapes :

1 : Ramasser les produits arrivés à maturité ( courgettes, tomates, piments, pommes de terre et potirons )

2 : Enlever tous les plants morts, les utiliser pour faire le composte avec la terre et des déchets alimentaires verts.

A partir des photos reçues et de leurs questions, les p’tits rédacteurs ont décidé d’interviewer les acteurs du projet Permaculture !

Nous les retrouverons pour un article plus complet à la saison printanière ! En attendant, une petite pause hivernale s’impose, laissons les insectes préparer le sol à leur rythme …

Quels sont les jeunes inscrits sur ce projet ?

Quelles sont les adultes qui s’en occupent ?

Quel est l’objectif de ce projet ?

Quelle est la différence entre jardiner et faire de la Permaculture ?

Quelles ont été les actions menées depuis le début de ce projet ?

Que faites-vous des légumes et des fruits récoltés ?

Comment faites-vous l’hiver ?

Pourquoi créer une spirale aromatique ? Et pourquoi avec des pierres ?

A quoi sert de faire une grande tranchée ?

Question bonus ! Est-ce qu’il y a un lien entre permaculture et agriculture ? Entre permaculture et permanence ?

Découverte de l’équitation

Tous les lundis de 9h00 à 12h00, Kélian, Ylane, Arthur ou Bafodé vont au centre équestre d’Ingrid, Equit’et sens à la Ronzière, avec Thierry Raphel.

On commence par dire bonjour aux chevaux dans l’écurie avant de les brosser avec une étrille (normale ou américaine) puis avec une brosse dure : le bouchon. Ensuite, on lève le sabot de cheval vers l’arrière et on le pose sur le genou pour enlever la terre et le crottin avec un cure-pied.

Une fois le cheval propre, on va chercher un tapis et une selle ; on pose d’abord le tapis sur le dos du cheval puis la selle et on l’attache sous son ventre. Il faut ensuite lui mettre le mord tout en laissant le licol autour de son cou.

On peut alors s’équiper : il faut mettre les gants, les bottes ou les chapes et une bombe.

Une fois prêt on amène notre cheval à la carrière. Avant de monter dessus, on vérifie que la selle est bien sanglée, on défait les étriers et on fait passer les rennes par-dessus la tête du cheval. Pour monter, on place son pied gauche dans l’étrier gauche pour enjamber le cheval avec sa jambe droite.

Ensuite, on va fait des parcours dans la carrière ou on va se promener aux alentours.