Activation du niveau 3 « alerte canicule » dans le département du Rhône

Vous trouverez en cliquant ICI l’instruction du 22 mai 2018 relative au Plan National Canicule 2017 reconduit en 2018.

Les fiches de recommandations du Haut Conseil de la Santé Publique publiées en 2014 complètent le Plan National Canicule en proposant notamment des recommandations aux professionnels de santé et aux directeurs de structures. Cliquez ICI pour les obtenir.

Il est important de vous assurer de la mise en place effective au sein de votre structure de toutes les mesures nécessaires afin de prévenir tout impact sanitaire pour les résidents et les personnels.

Numéros utiles :

  • 0 800 06 66 66 Canicule info service (appel gratuit)
  • 15 : SAMU
    18 : Pompiers
    112 : Numéro d’urgence unique européen

Pour plus d’informations : cf. article « Canicule » publié le 13/06.

 

Lettre du réseau des Vigilances et évènements à venir

Le second numéro de « La Lettre du Réseau » est disponible en cliquant ICI.

Il s’agit du bulletin de l’ARS sur le réseau régional des vigilances et d’appui (RREVA). Sa diffusion est biannuelle.

Après un premier numéro présentant la réforme des vigilances, la mise en place du RREVA, ce second numéro donne la parole aux structures de vigilances et d’appui et présente des actions de terrain de vigilance notamment auprès des enfants et des jeunes (intoxications avec des produits domestiques, soumission chimique, réseau sociaux, conduite addictive chez les adolescents…).

Zoom sur les évènements à venir dans la région ARA :

Posture VIGIPIRATE « Eté / Rentrée 2018 »

La posture VIGIPIRATE « Eté / Rentrée 2018 » est active à compter du 14 juin 2018 jusqu’au 20 octobre 2018, veille des départs en vacances de la Toussaint.

Dans un contexte de menace terroriste élevée, cette posture adapte le dispositif de sécurité nationale à la période estivale et à la période de rentrée scolaire et universitaire. Dans ce cadre, elle met l’accent sur :

  • La sécurité des sites touristiques, des grands rassemblements estivaux (festivals, événements sportifs, culturels) et des transports collectifs de personnes, notamment au moment des principaux chassés croisés de l’été ;
  • La sécurité des écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignement supérieur et de recherche, notamment lors des journées de rentrée ;
  • La sécurité des sites patrimoniaux, plus particulièrement lors des Journées européennes du patrimoine.

Les mesures à mettre en vigueur sont récapitulées dans l’Annexe 1 de la note de la SHFDS (accessible en cliquant ICI). Les actions à mettre en œuvre dans les ESSMS sont notamment les suivantes :

  • Afficher le logo du niveau « sécurité renforcée – risque attentat » à l’entrée des sites accueillant du public ;
  • Rappeler les conduites à tenir en réponse à la menace d’actions terroristes ;
  • Renforcer la surveillance et contrôler les abords des installations et bâtiments ;
  • Surveiller et contrôler les accès des personnes, des véhicules et des objets entrants ;
  • Renforcer la surveillance interne et limiter les flux (dont interdiction de zone) ;
  • Identifier les zones internes en fonction de leur sensibilité et en réglementer l’accès ;
  • Renforcer le niveau de sécurité des systèmes d’information (risque cyber) ;
  • Finaliser la stratégie de protection, en s’appuyant sur les recommandations émises dans l’instruction n°SG/HFDS/DGCS/2017/219 du 26 juillet 2017 (cf. Fiche Sécurité du Plan Bleu).

Avant l’été : c’est le moment de se préparer, pour que tout se passe bien !

Comme chaque année, le plan Canicule a été déclenché le 1er juin pour courir jusqu’au 15 septembre.

Déployé par instruction interministérielle aux préfectures, ARS et autres administrations locales depuis 2004, le plan national Canicule veille « à anticiper l’arrivée d’une canicule, [à] définir les actions à mettre en œuvre aux niveaux local et national pour prévenir et limiter les effets sanitaires de celle-ci et [à] adapter au mieux les mesures de prévention et de gestion au niveau territorial en portant une attention particulière aux populations spécifiques« . Décliné en quatre niveaux d’alerte — veille saisonnière, avertissement chaleur, alerte canicule et mobilisation maximale —, celui-ci dispense une série de mesures spécifiques aux établissements médico-sociaux.

Ces mesures sont récapitulées dans la Fiche Réflexe « Canicule » du Plan Bleu de chaque ESSMS.

Plusieurs gestes simples et mesures de bon sens sont également détaillés sur le site du ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Liens et documents associés :

Des posters sont disponibles au bureau de la GDR, à votre disposition pour vos ESSMS !

Extension de l’épidémie de rougeole en France

Nous vous avons informé courant février 2018 d’une alerte sanitaire concernant la rougeole sur le territoire national. L’épidémie continue sa progression. Ainsi, plusieurs foyers épidémiques de rougeole ont été signalés en France (59 départements touchés).

En région Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de cas de rougeole signalés annuellement augmente régulièrement depuis 2015. Cette situation témoigne d’une circulation active du virus en raison d’une couverture vaccinale insuffisante. L’accélération du nombre de cas déclarés depuis les deux dernières semaines fait craindre une épidémie de grande ampleur.

Pour rappel :

  • La rougeole est une maladie potentiellement grave à l’origine de formes sévères (atteintes respiratoires et neurologiques) entrainant des hospitalisations voire des décès en particulier chez le jeune enfant et l’adulte non vaccinés ;
  • La rougeole doit donc conduire systématiquement à l’isolement de la personne accueillie dans votre établissement ou un arrêt de travail s’il s’agit d’un salarié pendant la période de contagiosité dès que le diagnostic est suspecté ;
  • La rougeole est une des maladies virales parmi les plus contagieuses. La transmission se fait par voie aérienne, le plus souvent par exposition directe avec un malade et une personne infectée. Il n’existe pas de traitement curatif de la rougeole. La vaccination est le seul moyen de se protéger en s’assurant d’avoir reçu 2 doses de vaccins conformément au calendrier vaccinal en vigueur. A défaut après une exposition au virus, la vaccination administrée dans les 72 heures suivant un contact avec un malade peut empêcher la survenue de la maladie chez une personne non vaccinée antérieurement. Elle peut être préconisée même si ce délai est dépassé.

Pour vous aider à promouvoir la mise à jour des vaccinations des personnes que vous accueillez, de vos salariés et des familles et à informer les professionnels chargés de mettre en œuvre sans délai les mesures adéquates en cas de suspicion de rougeole dans vos structures (médecine du travail/médecin établissement/hygiène…) :

  • Une lettre d’information générale à destination des usagers/familles/salariés les incitant à mettre à jour leurs vaccinations ;
  • Deux affiches d’information sur la rougeole (« Suis-je protégé contre la rougeole ? »/ « J’ai été exposé à la rougeole : que faire ? ») ;
  • Une conduite à tenir ;
  • Un aide-mémoire vaccination à destination de ces professionnels concernés rappelant la nécessité d’un signalement des cas en urgence à l’ARS, les mesures d’éviction et d’hygiène adéquates ainsi que la réalisation d’une vaccination préventive des personnes exposées si nécessaire.

Ces documents sont disponibles en cliquant ICI.

Adaptation de la posture VIGIPIRATE « Printemps 2018 »

La posture VIGIPIRATE « Printemps 2018 » est active à compter du 1er mars 2018. Elle s’applique, sauf événement particulier, jusqu’au 13 juin 2018.

Dans un contexte de menace terroriste qui demeure à un niveau élevé, cette posture met l’accent sur :

  • la sécurité des transports collectifs de personnes, plus particulièrement lors des vacances scolaires et universitaires et des périodes de ponts qui ponctueront le mois de mai 2018 ;
  • la sécurité des lieux à forte fréquentation (espaces de commerces, sites touristiques) et des lieux de divertissement (stades, salles de concert, cinémas) ;
  • la sécurité des bâtiments publics (services publics, locaux associatifs ou politiques, écoles et universités, etc.) et des établissements de santé, médico-sociaux et sociaux ;
  • la vigilance autour des grandes célébrations religieuses de printemps ;
  • la protection des systèmes d’information face au risque d’attaques cybernétiques.

Il est rappelé aux  ESMS  de bien veiller à mettre en œuvre leur stratégie de protection (retranscrite dans la Fiche Sécurité du Plan Bleu), en s’appuyant sur les recommandations émises dans l’instruction /HFDS/DGCS/2017/219 du 26 juillet 2017 relative aux mesures de sécurisation dans les ESMS.

Situation épidémiologique préoccupante de la rougeole en Nouvelle Aquitaine – Risque de diffusion sur le territoire national

Un message d’alerte rapide sanitaire (MARS) diffusé aux établissements de santé par le ministère rapporte une situation épidémiologique préoccupante de la rougeole en Nouvelle Aquitaine avec un risque de diffusion sur le territoire national.

Compte tenu de la dynamique en cours il est urgent de promouvoir la vaccination des populations concernées et non immunisées conformément au calendrier vaccinal 2018. Cette recommandation cible aussi bien les enfants et jeunes adultes accompagnés que le personnel encadrant au contact de ces populations fragiles.

Il est important de signaler au plus vite à l’ARS toute suspicion de rougeole afin de permettre la mise en place des mesures de santé publique recommandées (formulaire disponible ici)

Pour plus d’informations :

Plan grand froid 2017 2018

La dernière version du guide national de prévention et de gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid pour le prochain hiver vient d’être diffusée par instruction (cliquez ici). Comme chaque année, la période de veille saisonnière a débuté le 1er novembre et se poursuit jusqu’au 31 mars.

Concernant les recommandations adressées aux ESSMS :

Ils doivent s’assurer de la mise en place de plans bleus et d’un dossier de liaison d’urgence (DLU). Ils sont également tenus d’assurer la sécurité des personnes hébergées en cas de défaillance énergétique en mettant en place les moyens ou mesures adaptés nécessaires.

Pendant une vague de froid, un épisode intense de neige ou de verglas, il convient que les professionnels veillent à :

  • Limiter les activités extérieures au strict nécessaire
  • Adapter la tenue vestimentaire avec des vêtements chauds (en privilégiant plusieurs épaisseurs), des chaussures adaptées (au risque de chute), couvrir les extrémités
  • Vérifier que les professionnels et les autres acteurs ont une bonne connaissance du problème et connaissent les mesures à prendre pour prévenir les conséquences sanitaires
  • Surveiller la température des pièces
  • Rendre la voirie, les portes et portails, les abords des bâtiments de l’établissement accessibles
  • En cas de déplacement obligé en véhicule, prévoir une réserve d’eau, de nourriture et de vêtements chauds, utiles en cas d’immobilisation du véhicule
  • Anticiper pour assurer la disponibilité de la nourriture et des médicaments.

Pour communiquer aux professionnels au sein de vos établissements :

  •  Prévention des pathologies infectieuses hivernales : poster et dépliant sur le site de l’INPES (« Des gestes simples pour limiter les risques d’infection »)
  • Affiche « Hygiène des mains simples et efficaces »
  • Impacts sanitaires liés au froid : tracts et plaquettes sur le site de l’INPES (« Grand Froid – Comprendre et Agir ») – cliquez ici
  • Prévention des intoxications par le CO : brochure, affiche et vidéo sur le site de l’INPES – cliquez ici

Pour sensibiliser les enfants au risque infectieux :

Nouvelle posture VIGIPIRATE « Transition 2017-2018 »

L’ensemble du territoire national est maintenu au niveau « SECURITE RENFORCEE-RISQUE ATTENTAT » à partir du 2 novembre 2017 jusqu’au 28 février 2018.

La posture VIGIPIRATE « Transition 2017-2018 » prend en considération les vulnérabilités propres à la période de la fin d’année 2017 et du début d’année 2018. Elle met notamment l’accent sur :

  • La sécurité dans le domaine des transports publics de personnes et dans les établissements d’enseignement, les établissements de santé, médico-sociaux et sociaux, ainsi que sur la protection des systèmes d’information face au risque d’attaque cybernétique
  • la sécurité des grands espaces de commerces (période de Noël, soldes d’hiver) et des lieux de cultes (fêtes de fin d’année)

Les établissements de santé, sociaux et médico-sociaux demeurent des cibles potentielles particulièrement vulnérables. Ils doivent s’attacher à définir leur stratégie de protection pour la fin de décembre 2017, en s’appuyant sur les recommandations émises dans l’instruction du 4 juillet 2017 relative aux mesures de sécurisation dans les ESSMS, en lien donc avec l’élaboration de leur « Fiche Sécurité ».

Les instructions communiquées par le service spécialisé du Haut Fonctionnaire de Défense et de Sécurité des ministères sociaux sont disponibles en CLIQUANT ICI.

Pour rappel, la sensibilisation de tous au signalement de tout comportement suspect doit être généralisée, car elle participe directement à la prévention de tout acte de terrorisme. Une fiche de recommandations sur ce sujet est disponible sur le site Internet du SGDSN.

En matière de prévention de la radicalisation, tout comportement suspect doit être signalé: http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/ ou 0 800 005 696 (appel gratuit).

Plusieurs outils sont disponibles sur le site internet dédié au plan Vigipirate (cliquez ici) :

 

Utiliser un Wifi public ? Voici 5 précautions à prendre …

Le plus souvent proposés gratuitement ou en échange de la collecte de données de navigation, certaines de ces connexions « gratuites » n’offrent pas les garanties suffisantes pour une navigation sécurisée. Ces conseils valent aussi bien pour votre ordinateur (personnel ou professionnel) que pour votre smartphone ou votre tablette.

1.    Évitez de vous connecter à des réseaux sans fil inconnus ou qui ne sont pas de confiance

Plutôt que de vous fier uniquement au nom du réseau qui s’affiche, demandez systématiquement le nom du réseau au commerçant. En effet, il est très facile pour un pirate de créer un point d’accès WiFi au nom d’un restaurant puis de détourner l’ensemble du trafic qui y transitera. Cela peut par exemple permettre au pirate de récupérer les données que vous échangez avec un site de e-commerce ou encore d’obtenir vos données bancaires, les identifiants d’accès à votre compte, …

1.    Ne confiez pas trop d’informations à un portail d’accès Wi-Fi

Difficile de savoir si un portail d’accès Wi-Fi offre un niveau de sécurité satisfaisant ! Si celui-ci vous demande des informations personnelles en échange d’un accès à internet, évitez d’utiliser votre adresse mail principale, remplissez le moins d’informations possibles, et ne cochez pas la case « communiquer mes données à des tiers » à moins que vous ne souhaitiez que vos données soient transmises à des tiers afin qu’ils vous adressent des mails de prospection commerciale.

2.    Evitez de passer par un Wi-Fi public pour transmettre des données personnelles

Préférez passer par le réseau 3G/4G de votre opérateur internet. Si vous n’avez pas le choix, privilégiez toujours la visite de sites HTTPS et utilisez un VPN, de préférence payant ou que vous avez installé vous-même chez vous sur votre connexion personnelle.

3.    Désactivez la fonction Wi-Fi de votre appareil lorsqu’il n’est pas utilisé

N’activez pas la connexion automatique pour les réseaux WiFi autres que ceux de votre bureau ou votre domicile. Ainsi si vous repassez dans la zone de couverture du réseau,  votre téléphone ne s’y connectera pas sans votre permission. Attention, même avec la fonction wifi désactivée, certains types de téléphones continuent d’émettre un signal Wi-Fi et sont susceptibles de permettre à des tiers de suivre vos déplacements, dans des centres commerciaux par exemple. Pour éviter cela, désactivez l’option « recherche toujours disponible » si votre téléphone vous le permet.

… et soyez à jour !

Appliquez régulièrement les mises à jour de sécurité proposées par le fabricant de votre smartphone, ou par l’éditeur de votre système d’exploitation.

Source : https://www.cnil.fr/fr/utiliser-un-wifi-public-voici-5-precautions-prendre