Adaptation posture VIGIPIRATE « Été – Rentrée 2019 »

La nouvelle posture VIGIPIRATE « ÉTE – RENTREE 2019 » est active du 7 mai 2019 au 18 octobre 2019.

A noter que celle-ci  met l’accent sur :  

  • le scrutin des élections européennes, le 26 mai 2019 ;
  • les sites touristiques et des grands rassemblements estivaux : une attention particulière sera portée sur les festivals, évènements sportifs (dont le championnat du monde de football féminin du 7 juin au 7 juillet), commémorations (75ème anniversaire des débarquements de Normandie et de Provence, fête nationale) et sommet international (G7 à Biarritz du 24 au 26 août) ;
  • les transports collectifs de personnes, notamment au moment des principaux chassés croisés de l’été et des activités de loisirs ;
  • les écoles, établissements scolaires et établissements d’enseignements supérieurs et de recherche, notamment lors des journées de rentrée scolaire ;
  • les sites patrimoniaux, plus particulièrement lors des Journées européennes du patrimoine (21 et 22 septembre 2019).

 Les mesures en vigueur sont récapitulées dans l’Annexe 1 de la note de la SHFDS (accessible en cliquant ICI). Les actions à mettre en œuvre dans les ESSMS sont notamment les suivantes :

  • Afficher le logo du niveau « sécurité renforcée – risque attentat » à l’entrée des sites accueillant du public et dans les espaces d’attente ;
  • Actualiser les annuaires de crise et sensibiliser les agents aux procédures d’alerte y afférentes ;
  • Les responsables de sites poursuivent les échanges avec les forces de sécurité intérieure
  • Renforcer la surveillance et contrôler les abords des installations et bâtiments ;
  • Surveiller et contrôler les accès des personnes, des véhicules et des objets entrants (dont le courrier) ;
  • Renforcer la surveillance interne et limiter les flux (dont interdiction de zone) ;
  • Identifier les zones internes en fonction de leur sensibilité et en réglementer l’accès ;
  • Renforcer le niveau de sécurité des systèmes d’information (risque cyber) ;
  • Renforcer la protection contre les intrusions dans les systèmes d’information (rappels réguliers sur les risques liés aux « messages piégés », etc)
  • Finaliser la stratégie de protection, en s’appuyant sur les recommandations émises dans l’instruction n°SG/HFDS/DGCS/2017/219 du 26 juillet 2017 (cf. Fiche Sécurité du Plan Bleu de l’ESSMS).
  • Maintenir une capacité de veille sanitaire permanente.
  • Exercer la vigilance dans l’exploitation des réseaux d’eau.

Le risque de radicalisation

Le groupe « risque de radicalisation » de la Fondation vous invite à lire le rapport « Radicalité engagée, radicalités révoltées » d’une démarche d’enquête missionnée par la direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ).

Cette enquête lui a été communiquée par le Centre Bergeret, organisme formateur avec lequel travaille OVE et désigné par la Préfecture du Rhône pour porter le Dispositif d’Appui pour la Prévention des Risques liés à la radicalisation (DAPR).

L’importance de cette recherche se retrouve dans l’ampleur des analyses qui ont été faites sur ce sujet. Pendant 18 mois, l’enquête des deux sociologues a porté sur 133 jeunes associés à des situations en lien avec la radicalisation ainsi que sur 57 entretiens menés avec des professionnels. Le rapport démontre que le profil des mineurs radicalisés ne correspond pas à tous les a priori associant très souvent radicalisation, précarité et délinquance. Il n’y a pas de profil type de mineurs radicalisé, « il est donc important de privilégier l’individualisation, le cas par cas pour la prise en charge des jeunes »

Pour accéder à l’enquête : cliquez ICI.

Pour rappel, le groupe GDR « risque de radicalisation » constitue une cellule ressource sur ce thème à la Fondation. Vous pouvez le contacter pour toute question ou besoin (urgent ou non) en lien avec ce risque grâce à l’adresse mail : cellule.radicalisation@fondation-ove.fr. Le groupe est composé de Bruno MINSSIEUX (directeur de territoire, pilote du groupe), Sofia BOUGHEZOULA (directrice adjointe), Blandine RIAMON (psychologue), Laurent BESSON (directeur adjoint) et Aurélie ROSSETTI (chargée de mission GDR).

 

Séminaire sur la culture de sécurité des soins à Lyon et Clermont Ferrand

Un séminaire sur la culture de sécurité des soins est organisé, en partenariat avec la HAS,  à Lyon le mardi 02 avril et à Clermont Ferrand le mardi 09 avril 2019. Le programme détaillé de chaque journée est disponible sur le site internet du  CEPPRAAL.

Le CEPPRAAL a été désigné par l’ARS Auvergne Rhône-Alpes comme Structure Régionale d’Appui (SRA) à la qualité des soins et à la sécurité des patients. Selon l’arrêté du 19 décembre 2017, la « SRA doit promouvoir la culture de la sécurité des patients auprès des professionnels, quels que soient leur lieu et leur mode d’exercice, des secteurs sanitaire et médico-social, notamment en les accompagnant dans l’analyse des événements indésirables associés à des soins (EIAS) auxquels ils peuvent être confrontés ».

Afin de répondre à ses missions, le CEPPRAAL vous propose un programme annuel d’actions que vous pouvez retrouver sur son site internet (www.ceppraal-sante.fr) : programme de formation, les thématiques sur lesquelles il peut accompagner les professionnels de vos établissements et événements ponctuels (séminaire ou journée régionale) organisés en région.

Prévention du risque de brûlure par eau chaude sanitaire et du risque de légionellose

Dans les établissements médico-sociaux, le défaut de maîtrise de la température de l’eau chaude sanitaire (ECS) peut être à l’origine de cas graves de brûlure ou de légionellose.

Une nouvelle note d’information a pour objet d’attirer l’attention des responsables d’établissements sur la gravité du risque de brûlure par l’eau chaude sanitaire (ECS) et d’appeler leur vigilance sur la nécessité de veiller à la maîtrise de la température de l’eau chaude sanitaire et à la sécurisation des points d’usage pour prévenir les cas de brûlure et de légionellose, ces deux risques devant être gérés concomitamment.

La note d’information est en ligne sur le site Légifrance : http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2019/02/cir_44427.pdf

Epidémie de rougeole en Savoie / promotion vaccination rougeole

En région Auvergne-Rhône-Alpes, le nombre de cas de rougeole signalés annuellement augmente régulièrement depuis 2015. Cette situation témoigne d’une circulation active du virus en raison d’une couverture vaccinale insuffisante.

Depuis le début de l’année 2019, plusieurs foyers épidémiques de rougeole ont été signalés, en particulier dans les stations de ski des Trois Vallées (Val-thorens, Les ménuires, Courchevel).

L’augmentation rapide du nombre de cas déclarés depuis les deux dernières semaines et les mouvements de population liés aux vacances scolaires font craindre une épidémie de grande ampleur. Dans ce contexte, une vaste de campagne d’information et d’incitation à la vaccination rougeole à destination des personnes accompagnées et des professionnels de santé doit être menée.

 Pour rappel :

  • La rougeole est une maladie potentiellement grave à l’origine de formes sévères (atteintes respiratoires et neurologiques) entrainant des hospitalisations voire des décès en particulier chez le jeune enfant et l’adulte non vaccinés.
  • La rougeole doit donc conduire systématiquement à l’isolement de la personne accueillie dans votre établissement (éviction) ou un arrêt de travail s’il s’agit d’un salarié pendant la période de contagiosité dès que le diagnostic est suspecté.
  • En cas de sortie ou de voyage prévu, une personne déclarant une rougeole risque d’être rapatriée immédiatement et on ne peut exclure que l’ensemble du groupe le soit également si la situation le nécessite.
  • La rougeole est une des maladies virales parmi les plus contagieuses. La transmission se fait par voie aérienne, le plus souvent par exposition directe avec un malade et une personne infectée. Il n’existe pas de traitement curatif de la rougeole. La vaccination est le seul moyen de se protéger en s’assurant d’avoir reçu 2 doses de vaccins conformément au calendrier vaccinal en vigueur. A défaut après une exposition au virus, la vaccination administrée dans les 72 heures suivant un contact avec un malade peut empêcher la survenue de la maladie chez une personne non vaccinée antérieurement. Elle peut être préconisée même si ce délai est dépassé.

 Conduite à tenir :

Pour vous aider à promouvoir la mise à jour des vaccinations des personnes que vous accueillez, de vos salariés et des familles  et à informer les professionnels chargés de mettre en œuvre sans délai les mesures adéquates en cas de suspicion de rougeole dans vos structures (médecine du travail/médecin établissement/hygiène…), quelques outils à votre disposition :

  • une lettre d’information générale à destination des usagers/familles/salariés les incitant à mettre à jour leurs vaccinations.
  • deux affiches d’information sur la rougeole (« Suis-je protégé contre la rougeole ? »/ « J’ai été exposé à la rougeole : que faire ? »).
  • une conduite à tenir et un aide-mémoire vaccination à destination de ces professionnels concernés rappelant la nécessité d’un signalement des cas en urgence à l’ARS, les mesures d’éviction et d’hygiène adéquates ainsi que la réalisation d’une vaccination préventive des personnes exposées si nécessaire.

Les documents sont accessibles en cliquant ICI.

Nous vous remercions de toutes les initiatives que vous pourrez prendre dans ce contexte pour prévenir la diffusion de l’épidémie.

Les bons réflexes en cas de risques majeurs

Pour connaitre les bons réflexes et les gestes à adopter en cas de risques majeurs (inondation, avalanche, feu de forêt, etc.), découvrez les TutosRisques (en cliquant sur l’image ci-dessous) :

Le Gouvernement a réalisé une série de 9 courtes vidéos thématiques pour sensibiliser le plus grand nombre à la prévention des risques majeurs.

Cet outil peut par exemple être utilisé par les éducateurs pour aborder les questions autours des risques environnementaux avec les personnes accompagnées.

Le niveau temporaire de la posture VIGIPIRATE « Urgence Attentat » est levé

Le niveau temporaire de la posture VIGIPIRATE « Urgence Attentat » est levé.

En conséquence :

La posture VIGIPIRATE repasse au niveau « Sécurité Renforcée – Risque Attentat » sur l’ensemble du territoire national.

L’ensemble des mesures applicables dans la note de posture « Automne 2018 – Printemps 2019 » est maintenu (cf. Article blog du 23/10/2018)

Le logo « Sécurité Renforcée – Risque Attentat » doit de nouveau être affiché dans les structures.

Au regard du contexte sécuritaire actuel et des incidents survenus récemment à l’encontre de bâtiments publics, il est recommandé la plus grande vigilance dans l’application des mesures de sûreté et de sécurité (dont incendie).

Adaptation de la posture Vigipirate « Attentat de Strasbourg »

A la suite de l’attentat survenu le 11 decembre 2018 sur le marché de Noël de Strasbourg et compte tenu des risques de réplique, la priorité est de renforcer la sécurisation des lieux de rassemblement et des grands espaces de commerce marqués par une forte affluence.

Par conséquent, l’ensemble du territoire est temporairement placé au niveau URGENCE ATTENTAT ce qui implique la mise en place immédiate du logogramme « Urgence Attentat ».

L’ensemble des mesures diffusées dans la posture – AUTOMNE 2018 / PRINTEMPS 2019 – est maintenu.

En complément, le contrôle des accès de personnes doit être renforcé dans les ESMS.

Pour plus d’informations :

ProtéJeu : une formation interactive sur la protection des données personnelles

La formation ProtéJeu est la formation issue du groupe de travail relatif à la protection des données personnelle qui s’est mis en place dans le cadre de l’instance GDR. Elle se déroule sur un jeu sérieux, informatisé, qui sert de support à l’animation du formateur OVE. L’animateur est là pour animer les échanges, et animer les débats suite aux questionnements mis en lumière dans le jeu.

PROCHAINES DATES DE FORMATION  :

  • 17 janvier 2019 : de 13h30 à 17h à la direction générale
  • 9 avril 2019 : de 9h à 12h30 à la direction générale
  • 13 juin 2019 de 9h30 à 13h : à Paris (site selon inscriptions)
  • 21 novembre 2019 : de 9h à 12h30 à la direction générale

N’HESITEZ PAS A VOUS INSCRIRE SUR GESTFORM !

« Vagues de froid » 2018-2019

La dernière version du guide national de prévention et de gestion des impacts sanitaires et sociaux liés aux vagues de froid pour le prochain hiver vient d’être diffusée par instruction (cliquez ici). Comme chaque année, la période de veille saisonnière a débuté le 1er novembre et se poursuit jusqu’au 31 mars.

Une nouvelle terminologie vise à définir les différentes périodes de froid susceptibles de survenir en métropole : Pic de Froid – Episode persistant de froid – Grand froid – Froid Extrême.

Parmi les recommandations, les établissements et services doivent s’assurer de la mise en place de plans bleus et d’un dossier de liaison d’urgence (DLU). Ils sont également tenus d’assurer la sécurité des personnes hébergées en cas de défaillance énergétique en mettant en place les moyens ou mesures adaptés nécessaires.

Pendant une vague de froid, un épisode intense de neige ou de verglas, il convient que les professionnels veillent à :

  • Limiter les activités extérieures au strict nécessaire
  • Adapter la tenue vestimentaire avec des vêtements chauds (en privilégiant plusieurs épaisseurs), des chaussures adaptées (au risque de chute), couvrir les extrémités
  • Vérifier que les professionnels et les autres acteurs ont une bonne connaissance du problème et connaissent les mesures à prendre pour prévenir les conséquences sanitaires
  • Surveiller la température des pièces
  • Rendre la voirie, les portes et portails, les abords des bâtiments de l’établissement accessibles
  • En cas de déplacement obligé en véhicule, prévoir une réserve d’eau, de nourriture et de vêtements chauds, utiles en cas d’immobilisation du véhicule
  • Anticiper pour assurer la disponibilité de la nourriture et des médicaments.

Rappel des 7 gestes barrières à adopter pour se protéger contre les virus de l’hiver :